Favourite Icon
 

La nouvelle ère de l’accessibilité

Marnie Peters

« Tout ce que nous faisons dans cet hôpital sera évalué en fonction de l’accessibilité »

Lorsqu’il ouvrira en 2028, le nouveau campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa accueillera chaque jour des milliers de patients, d’employés et de visiteurs. Un système d’orientation clair et intuitif facilitera leurs déplacements entre les bâtiments. Les patients pourront communiquer avec leur famille, leurs amis et même leur équipe clinique grâce à des télévisions intelligentes installées dans leur chambre. Les salles de bain, les aires cliniques, les espaces publics et les espaces réservés au personnel, conçus selon les principes de l’accessibilité, seront accueillants et confortables pour tout le monde, quelle que soit l’aptitude physique.

« En nous assurant que l’espace est conçu pour répondre aux besoins de tout le monde, nous améliorons l’expérience des gens qui visiteront le nouvel hôpital, y séjourneront ou y travailleront, et nous éliminons les pressions inutiles », affirme Marnie Peters, spécialiste de l’accessibilité dans l’équipe consultative du groupe GBA, qui travaille sur le projet du nouveau campus Civic.

« Quels que soient l’âge, les capacités ou la taille d’une personne, nous nous devons d’être en mesure de l’aider, ajoute cette spécialiste de renommée mondiale de la création d’espaces accessibles et médaillée d’or en basketball lors des Jeux paralympiques de Sydney. Nous devons concevoir des espaces adaptés à la complexité de la condition humaine. Parfois, cela demande des éléments que l’on n’associe pas toujours à l’accessibilité. »

Par conséquent, l’équipe consultative du projet doit penser au-delà des codes du bâtiment et viser l’« accessibilité universelle », une approche de conception reposant sur l’hypothèse que les visiteurs du nouvel hôpital auront des capacités diverses qu’un vaste éventail d’éléments et d’équipement accessibles que tout le monde pourra utiliser permettra de prendre en charge.

Notamment, on utilisera les dernières avancées technologiques en matière d’accessibilité, telles que des appareils de communication dernier cri adaptés aux personnes ayant des troubles auditifs, de la parole ou de communication. Chaque chambre sera munie d’une télévision intelligente qui permettra des relais vidéo, l’affichage des dossiers médicaux et même l’interprétation en langue des signes.

« Je suis la spécialiste de l’accessibilité, mais ce n’est pas seulement mon travail à moi : c’est celui de toute l’équipe. Cette exigence ne doit jamais quitter notre esprit, à chaque décision que nous prenons. »

Serge Falardeau is The Ottawa Hospital’s Accessibility Coordinator.

Serge Falardeau, coordonnateur de l’information sur l’accessibilité de L’Hôpital d’Ottawa, a participé à de nombreux projets visant à améliorer l’accessibilité des campus existants de l’Hôpital. Il trouve inspirant qu’un souci de la conception accessible soit maintenant intégré à chaque phase de planification et de conception du nouveau campus Civic.

« Quand l’accessibilité est reléguée au second plan, il peut se révéler très coûteux d’essayer de réaménager l’espace pour corriger les bévues, explique-t-il. Dans certains cas, c’est impossible, et ça signifie que notre objectif d’assurer l’inclusion autant que possible est compromis. »

« Un projet d’une telle ampleur et d’une telle importance exige que nous partions du bon pied. Nous devons analyser le projet dans une perspective d’équité pour garantir l’accès à des soins de santé de grande qualité pour tous et continuer de repérer, d’éliminer et de prévenir les nouveaux obstacles. »

Les personnes qui vont à l’Hôpital doivent y trouver un environnement où ils peuvent se concentrer sur leurs soins, la visite de leurs proches ou leur travail, renchérit Marnie Peters. Ils ne devraient pas avoir à demander des mesures d’adaptation particulières ni vivre de stress émotionnel en se demandant si leur salle d’examen répondra à leurs besoins ou s’ils trouveront une salle de bain accessible.

« Si toutes les salles de bain sont accessibles, on n’a plus à s’inquiéter de recevoir des indications vers une salle de bain qu’on ne peut même pas utiliser. L’accessibilité universelle rétablit la dignité humaine pour tout le monde. »

La conception dans l’esprit de l’accessibilité améliore également l’expérience des personnes ayant plusieurs handicaps. Même dans un établissement bâti selon les codes du bâtiment modernes, par exemple, un employé se remettant d’une commotion cérébrale aurait peut-être de la difficulté à accomplir ses tâches administratives en raison de la nausée provoquée par les motifs chargés du plancher. Une personne ayant une déficience auditive pourrait ne pas entendre l’appel de son nom dans une salle d’attente bondée et manquer son rendez-vous. Les handicaps revêtent différentes formes et présentent différentes caractéristiques, visible et invisible.

« Des personnes handicapées, on en trouve partout, et elles souhaitent tout faire comme tout le monde et bénéficier de tout ce qu’offre la vie, ajoute Marnie Peters. À une époque, la société considérait comme handicapé uniquement le patient en fauteuil roulant, mais ce n’est qu’une facette de cette réalité. Les personnes handicapées vont aussi rendre visite à leurs proches. Elles sont infirmières, médecins, physiothérapeutes, bénévoles ou membres du personnel de L’Hôpital d’Ottawa. »

« Pour le projet du nouveau campus Civic, nous tenons compte de l’accessibilité dans son ensemble pour concevoir et diriger l’hôpital le plus inclusif et convivial au monde. Notre but, pour l’ouverture en 2028 et les nombreuses années qui suivront, est de répondre aux besoins de toute la population de la région. »